Calendrier

juin 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Vidéos

Inauguration Place de la Laicité à Margny lès Compiègne

 Interview de Jean Pierre Weisselberg - Septembre 2014

 Interview de Jean Pierre Weisselberg - Septembre 2013


AGORA 21 : « Les Indignés » par JP Weisselberg par politiqueactu

Discours jean Pierre Weisselberg, le 18 nov 2016

Monsieur le Maire, Jean DESESSART

Monsieur le Député,

Mesdames, Messieurs les Maires

Mesdames, Messieurs les Elus,

Monsieur l’Inspecteur d’Académie

Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etablissements

A vous tous mes amis citoyens et surtout

A vous tous les jeunes qui êtes l’avenir de cette belle France que nous aimons tant,

A toi, Martine Cerf, militante et écrivaine, auteure d’un dictionnaire sur la Laïcité

A toi, Alain Dupire, Trésorier d’AGORA 21 qui aurait tant voulu être là aujourd’hui mais absent pour des raisons de santé

A toi, Bernard HELLAL, qui fut un précurseur dans la Picardie en créant une place de la Laïcité devant ta mairie en avril 2015

A toi, Jean-Michel QUILLARDET, Président de l’Observatoire International de la Laïcité

 

C’est un grand honneur pour AGORA 21 d’avoir initié cette idée de la place de la Laïcité et de la plantation d’un arbre de la liberté et de la laïcité.

 

C’est une journée historique aujourd’hui, c’est un évènement exceptionnel et je vous remercie tous d’être présents, ceux qui sont venus de loin particulièrement et vous les jeunes qui êtes la société de demain.

Mes remerciements également au maire de la commune, Jean DESESSART, dont la qualité d’écoute a permis la finalisation de cette inauguration.

Merci à vous tous, les jeunes, d’avoir fait ce lâché symbolique de ballons qui démontre une fois de plus que vous souhaitez la solidarité et la paix après les attentats de l’année dernière et de cette année.

Ces ballons bleus-blancs-rouges qui honorent ceux qui sont disparus, ceux qui sont blessés et ceux qui nous protègent

 

La laïcité, on dit tout et n’importe quoi depuis des années.

Tous les partis politiques s’en emparent en mettant derrière ce mot des valeurs différentes.

Le mot laïcité apparaît vers 1870 et la loi de 1905 respecte l’esprit de la loi du 21 juin 1793 sur la séparation des cultes et de l’Etat. Elle est quelques fois à tort, interprétée comme une atteinte à la pratique religieuse alors  qu’elle a en réalité pour ambition de laisser à chacun la liberté de croire ou de ne pas croire, l’essentiel étant qu’il respecte les convictions de son prochain et que la séparation soit claire entre le temporel et le spirituel, entre le public et le privé.

Vous avez dans cette salle du gymnase,  une exposition sur la laïcité et vous pourrez y constater que :

-         La laïcité c’est la citoyenneté,(la citoyenneté, c’est la capacité pour chacun d’être un élément actif de la République)

-         La laïcité c’est la liberté, (la liberté d’autrui étant la mienne à l’infini)

-         La laïcité c’est l’accès pour tous à la connaissance,(le vrai pouvoir, c’est la connaissance)

-         La laïcité c’est l’égalité homme/femme,(la qualité d’une société se mesure à la place accordée aux femmes dans cette société)

-         La laïcité c’est l’échec au racisme,(une société qui opprime, qui en dégrade une autre, se condamne elle-même à la souffrance)

-         La laïcité c’est la fraternité,(il n’y a pas de lien plus sacré que celui de la fraternité)

-         La laïcité c’est la liberté d’opinion,(aider à conquérir celle de nos libertés qui les veut toutes, c’est la liberté de la presse)

-         La laïcité c’est l’échec au communautarisme,

-         La Laïcité c’est la liberté de conscience,

-         La Laïcité c’est l’égalité,(quand les femmes et les hommes seront libres, ils seront tous égaux, quand ils seront égaux ils seront justes)

-         La Laïcité c’est l’échec de tous les intégrismes,(la laïcité prône la liberté, la dignité pour le faible, le respect pour la femme.

Elle est par définition hostile à tous les excès, à toutes les manipulations, à tous les dogmes qui embrigadent et tentent de s’imposer par la violence. Elle incite les humains à réfléchir, à juger par eux-mêmes, à disposer de leur libre arbitre ; Elle n’est pas contraignante, sauf aux yeux de ceux, et ils sont encore trop nombreux et trop bruyants, qui la combattent pour mieux faire oublier leur violence, leur autoritarisme et leur obscurantisme. Ce que ceux là ne savent pas encore, c’est que dans la lutte contre l’asservissement matériel et moral, contre toutes les formes d’oppression, je dis bien toutes les formes d’oppression, même l’oppression de la publicité et des médias, à terme, c’est toujours la liberté qui gagne.

Dans cette loi de 1905, dite loi de séparation des Eglises et de l’Etat, le législateur a voulu distinguer une sphère publique et une sphère privée :

 

-         La sphère publique : c’est cette place de la laïcité, espace public qui rassemble les jeunes, les femmes et les hommes. C’est la sphère citoyenne, celle où le citoyen évolue socialement, économiquement, politiquement, juridiquement. C’est l’espace où le citoyen entre de plein pied dans l’égalité des droits et les règles y sont clairement établies, fondées sur les droits de l’homme.

-         En gros, dans l’espace public, ce qui rassemble les jeunes, les femmes et les hommes

 

-         La sphère privée, c’est la sphère personnelle où chacun est libre de ses attaches, de ses croyances, de sa foi, de ses convictions philosophiques, de ses particularismes. C’est le lieu de la liberté absolue de conscience où s’expriment les convictions philosophiques, métaphysiques, les pratiques religieuses éventuellement et les modes de vie communautaires, je dis bien communautaires et non communautaristes.

 

Dans l’espace privée, ce qui divise les jeunes, les femmes et les hommes.

 

Par cette séparation concilie université et diversité.

 

Un bref rappel de la loi de 1905 pour celles et ceux d’entre vous qui l’auraient oublié et les jeunes :

 

Article 1 – la République assure la liberté de conscience. Elle garantie le libre exercice des cultes dans l’intérêt de l’ordre public.

Article 2 – la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

 

En résumé, la laïcité est le meilleur garant de la paix civile. Elle seule permet aux citoyens le « vivre ensemble » au quotidien, elle seule permet aux citoyens d’être égaux devant la loi et la justice.

La laïcité est la valeur 1ere de l’école de la République. Elle s’oppose au communautarisme, à tous les intégrismes, au racisme, à l’antisémitisme et à la xénophobie.

 

LA LAICITE C’EST DONC LA FRATERNITE.

Je voudrais rendre un hommage tout particulier aux chefs d’établissements, aux enseignants et à tous les jeunes que j’ai rencontrés et que je vais rencontrer dans mes interventions dans les collèges et les lycées sur la laïcité, la citoyenneté et le vivre ensemble.

Partout où je suis allé, j’ai appris des jeunes, j’ai écouté leurs souhaits de fraternité et de solidarité, de justice égale pour tous et ils ont bien insisté sur le fait que pour eux la justice n’était pas égale. Je les remercie de leur confiance et surtout de leur liberté d’expression. Ce fut, certes parfois compliqué, mais au final que du plaisir et du bonheur.

 

Pour « bien vivre ensemble » avec toutes nos différences, encore faut-il prendre le temps d’apprendre l’autre, de le comprendre pour l’accepter.

Combien de regards de travers ?

De portes closes ?

De préjugés tenaces ?

La question fondamentale qui se pose encore à nous aujourd’hui est simple en apparence : comment  bien vivre ensemble en paix avec nos différences spirituelles ?

La seule réponse c’est l’idéal laïque.

 

Cette journée historique en Picardie se fait malheureusement sans une autorité de l’Etat qui, pourtant, ne cesse depuis des mois de répéter au plus haut niveau, que la laïcité c’est le « vivre ensemble ».

Sollicitées à plusieurs reprises, Ministre, Préfet, les autorités ont prétexté un agenda surchargé. Mais ce n’est pas grave, nous sommes entre nous et les politiques nationaux par leur absence démontrent qu’entre le discours et l’action il y a souvent une grande différence.

Je vous laisse tous juges de ces attitudes.

 

Par contre, à nouveau merci aux élus locaux et départementaux de soutenir cette action. D’ailleurs, toutes les villes de France devraient avoir une place de la laïcité comme elles ont une place de l’Eglise ou une place de la Mairie.

 

Si nous sommes tous aujourd’hui réunis, autour de valeurs communes, c’est parce que nous souhaitons un avenir meilleur et que nous sommes convaincus que c’est par notre action commune que nous pourrons continuer à améliorer l’homme et la société.

Soyons tous ensemble debout car partout où je vais, je le dis et je le répète, c’est vrai que la société en crise, qu’elle est en mal d’identité, alors plus que jamais engageons nous pour que notre pays soit fier de sa République et de sa laïcité.

Osez le combat de la laïcité avec vous les jeunes, est aujourd’hui un enjeu principal.

Un projet de société obscurantiste est en marche, son objectif premier est le démantèlement de notre système républicain, creuset des valeurs universelles et acquis de hautes luttes au cours des siècles.

Ce chêne que vous avez planté est l’arbre de l’avenir, il poussera, il grandira comme vous grandirez et chaque fois que vous passerez devant, si par hasard vous avez des idées noires, rappelez vous cette journée festive du 18 novembre avec ces ballons lâchés dans l’atmosphère, atmosphère que vous avez l’obligation de protéger pour l’avenir de l’humanité.

Vous les jeunes, c’est toujours vous qui avez donné le coup de barre et remis le bateau dans la bonne direction. C’est vous qui avez fait pencher la balance dans les grandes décisions. C’est vous qui criaient, qui manifestaient, qui réveillaient le monde des adultes souvent endormis et qui à la fin, gagnaient.

 

Et pour terminer, j’emprunterai à Montaigne :

 

« Chaque femme, chaque homme  est porteur de la condition humaine et parce qu’il est porteur de la condition humaine, il est porteur de la laïcité, qui au-delà des principes est une valeur de vie et un mode d’existence »